AFFINER LA RECHERCHE

L’Observatoire de l’Evolution des Métiers de l’Assurance a présenté mardi 26 juin aux partenaires sociaux son baromètre annuel et les premières tendances de l’évolution des effectifs des sociétés d’assurance à fin 2017.

26/06/2018

La première tendance qui se dégage montre une légère progression des effectifs à fin 2017 (+0,4% sur un an), soit 146 800 salariés pour l’ensemble de la branche. Le nombre de salariés des sociétés d’assurance est particulièrement stable depuis dix ans.

Les recrutements restent dynamiques à près de 13 700 sur l’année (contre 13 160 en 2016), soit un taux d'embauches de 9,3% (contre 9,0% en 2016). La majorité des nouveaux entrants ont moins de trente ans.

Par ailleurs, près de 26% de ces recrutements se font par la voie de l’alternance. Ce taux, en nette progression par rapport à 2016 (23,3%), constitue le meilleur niveau jamais réalisé dans la branche. Dans le même temps, le nombre d’alternants en poste atteint 5 100 personnes fin 2017 (contre 4 960 en 2016).

Si la révolution digitale et les évolutions réglementaires n’ont pas d’impact quantitatif, au global, sur les effectifs des sociétés d’assurance, elles font évoluer fortement les métiers et leur contenu. Aux tâches les plus répétitives, se substituent des missions à plus forte valeur ajoutée.

Le niveau de qualification des recrues est par conséquent en constante progression : plus de 80% des embauches se font à Bac +2 et près de 30% à Bac +5.

Dans ce contexte, les assureurs maintiennent un effort de formation très nettement supérieur à la moyenne nationale.

Pour Bernard Spitz : « Permettre aux salariés et aux futurs collaborateurs d’acquérir les compétences digitales est au cœur de notre stratégie en matière de ressources humaines. Les entreprises d’assurances ont toujours su faire évoluer leurs métiers, adapter leur organisation et renforcer l’expertise des salariés du secteur : elles sont donc particulièrement bien positionnées pour réussir leur mutation dans un environnement en constante transformation. La FFA salue le travail mené par les partenaires sociaux au sein de l’Observatoire des métiers ». 

9

À lire aussi