AFFINER LA RECHERCHE

Feuille de route pour dynamiser l'intégration des critères ESG-Climat dans les stratégies d'investissement des assureurs

Feuille de route pour dynamiser l'intégration des critères ESG-Climat dans les stratégies d'investissement des assureurs

Intégration des critères ESG-Climat dans les stratégies d’investissement : les assureurs se mobilisent
28/11/2017

Au printemps 2017, la Commission du développement durable et la Commission économique et financière de la FFA ont créé un groupe de travail chargé d’évaluer la prise en compte des critères ESG-Climat dans les stratégies d’investissement des assureurs et de définir des recommandations de place. Les résultats des travaux témoignent de l’engagement de la profession autour des enjeux du développement durable.

L’étude, réalisée avec le cabinet i care & consult, démontre que les assureurs sont mobilisés pour intégrer des critères environnementaux, sociaux, de gouvernance (ESG) et climat dans leurs stratégies d’investissement. Tous ont mis en place une politique d’investisseur responsable et ces critères ont déjà un impact significatif sur les décisions d’investissement de 60 % d’entre eux. La prise en compte des critères ESG-Climat par les assureurs est amenée à se renforcer dans un horizon de deux ans.

Les évaluations menées ont permis d’identifier dix-huit recommandations opérationnelles pour aider les sociétés à intégrer davantage ces critères dans leurs choix d’investissement. Elles portent notamment sur :

  • le renforcement de l’appropriation des impacts ESG-Climat par la gouvernance : par exemple, en faisant adopter la politique ESG-Climat par le conseil d’administration ou en mettant en place un comité dédié à l’intégration de ces sujets ;
  • le développement d’expertises internes, notamment en définissant les indicateurs clés pour suivre la mise en œuvre de la stratégie ESG, en associant les sociétés de gestion à l’évaluation ESG-Climat et en renforçant l’engagement actionnarial sur ces sujets ;
  • l’amélioration de la qualité du reporting, en se fixant des objectifs temporels pour améliorer le périmètre des actifs couverts par une analyse ESG-Climat et la qualité des analyses ;
  • le renforcement des approches collaboratives, en poursuivant les échanges réguliers entre pairs pour partager les bonnes pratiques et initier des programmes de recherche communs et en mettant en place un baromètre annuel pour suivre les progrès de la profession.

Cette feuille de route permettra aux assureurs de définir leurs plans d’actions afin de dynamiser l’intégration des critères ESG-Climat dans leur stratégie.

RSE et Développement durable

À lire aussi

2nde édition du baromètre d’évaluation de l’intégration des critères ESG-Climat par les assureurs

Le baromètre mesure la maturité de la démarche d’investisseur responsable des assureurs concernant l’intégration, dans leurs stratégies d’investissement, de critères environnementaux, sociaux, de gouvernance (ESG) et climat au regard des exigences de l’article 173 de la loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte et des attentes des parties prenantes. Cette deuxième édition présente la situation en 2017 et illustre les pratiques associées au deuxième exercice des reporting « article 173 ».

Guide de reporting RSE du secteur de l'assurance

Engagés à plusieurs égards sur le long terme, les (ré)assureurs sont des professionnels de la gestion du risque ; à ce titre, ils contribuent au développement durable de la société en accompagnant ses évolutions et en apportant des réponses adaptées aux enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux matériels dans leur sphère d’influence. 

Guide risque climat

Cette étude de la Fédération Française de l'assurance a pour objectif d’aider ses lecteurs à mieux appréhender les risques induits par le changement climatique dans le cadre de la détention d’actifs financiers.
L’exercice est complexe, dans la mesure où les concepts sont nouveaux, les approches encore parcellaires et les méthodologies trop peu matures pour que l’une ou l’autre s’impose. Si l’identification des risques trouve un début de consensus, les indicateurs de leur mesure manquent d’homogénéité, variant en fonction des méthodologies proposées, et les messages véhiculés semblent parfois contradictoires.