AFFINER LA RECHERCHE

Deuxième édition du baromètre des risques émergents pour l’assurance

06/02/2019

La FFA publie les résultats de la deuxième édition du baromètre des risques pour le secteur de l’assurance et de la réassurance en France. Le risque cyber demeure en première position, tandis que le risque de tensions sociales progresse significativement et occupe désormais la deuxième place du classement à court terme.

Le risque cyber et le risque de tensions sociales sont les principaux risques à court terme

L’année écoulée a été marquée par une augmentation des cyber-attaques de grande ampleur, avec des conséquences sur la protection des données. Dans ce contexte, la profession de l’assurance et de la réassurance a accompagné les entreprises dans la mise en place de mesures de prévention.

Le risque de tensions sociales est le deuxième risque majeur identifié par les assureurs et les réassureurs. Sa survenance à moyen-terme avait été anticipée lors de l’édition 2018.

La crise du système financier, alimentée par le retour de la volatilité des marchés en 2018 arrive en troisième place.

Parmi les autres risques susceptibles d’impacter leur activité à court terme figurent le changement de normes comptables, et notamment l’application prochaine des normes IFRS17 en termes d’impact sur la stratégie des entreprises ; le réchauffement climatique, à l’origine de la multiplication d’événements naturels dévastateurs ; et le risque politique européen, qui s’illustre par la montée des populismes et le Brexit.

À moyen terme, le risque cyber et le risque de réchauffement climatique sont les risques les plus élevés

À horizon cinq ans, les risques s’intensifient : le risque cyber, le réchauffement climatique et la crise du système financier sont susceptibles d’avoir un impact encore plus important. Ce trio de risques majeurs est identique à celui identifié lors de l’édition 2018.

Ce baromètre permet également de faire apparaître les nouveaux défis de la profession. Les risques émergents peuvent en effet donner lieu à un élargissement de l’offre d’assurance, avec le développement de nouvelles garanties.

Pour Bernard Spitz, Président de la FFA : « Les risques émergents sont des défis pour les assureurs et réassureurs, en charge de repousser les limites de l’assurabilité et d’apporter de nouveaux services aux particuliers et aux professionnels. »

Les directeurs des risques de 41 sociétés d’assurance et de réassurance, représentant 97 % des placements des assureurs en France à fin 2017, étaient appelés à classer 23 risques émergents, dont la croissance et les mutations ne sont aujourd’hui pas prise en compte par les sociétés. Répartis en six catégories (économiques, environnementaux, sociétaux, technologiques, politiques et réglementaires), ils ont été classés selon leur probabilité d’occurrence et leur impact potentiel à court et à moyen terme.

Annexe - Deuxième baromètre des risques émergents de l’assurance – 1/2

Note de lecture : à horizon un an, la survenance des risques sociétaux est nettement plus importante qu’en 2018.

 

Note de lecture : à horizon cinq ans, l’impact des risques économiques sur les sociétés est réduit par rapport à l’édition 2018, en raison d’une plus grande résilience.

Annexe - Deuxième baromètre des risques émergents pour l’assurance – 2/2

9

À lire aussi