AFFINER LA RECHERCHE

Catastrophes naturelles et politiques d’adaptation au changement climatique en France

30/11/2016

Alors que la COP22 vient de s’achever, le groupe Caisse des Dépôts, la Fédération Française de l’Assurance et la Fondation de l’Ecologie Politique ont organisé ce jour un colloque Catastrophes naturelles et politiques d’adaptation au changement climatique en France.

Les prévisions concernant les impacts des dérèglements climatiques ne cessent de s’aggraver sur l’ensemble du globe comme vient de le rappeler la Banque Mondiale dans un rapport publié à l’occasion de la COP22 au Maroc. En France métropolitaine, l’effet du réchauffement climatique mondial modifie déjà notre environnement et le cadre de vie de nombreux habitants. En décembre 2015, dans le cadre de la COP21 en France, la Fédération Française de l’Assurance publiait une étude chiffrant un possible doublement du coût des événements naturels en France à horizon 2040, passant de 48 Md€ entre 1988 et 2013 à 92 Md€ entre 2015 et 2040, si aucune action de prévention et d’adaptation n’était mise en place.

Autour de Pierre-René Lemas, Directeur général du groupe Caisse des Dépôts, de Bernard Spitz, Président de la Fédération Française de l’Assurance et de Lucile Schmid, Présidente de la Fondation de l’Ecologie Politique, chercheurs, élus de terrain, responsables de politiques publiques, représentants d’ONG, assureurs et entrepreneurs ont souligné la responsabilité collective de l’ensemble des acteurs et l’urgence à la mise en place de solutions en matière d’aménagement du territoire, de gestion des ressources naturelles ou de sensibilisation des populations aux risques climatiques.

Ces trois dirigeants s’associent pour porter un message dans le débat public :

« Ce colloque s'inscrit dans la continuité des engagements respectifs de chacune de nos institutions. La prise de conscience est aujourd'hui réelle quant aux conséquences à craindre des dérèglements climatiques. Mais il faut aller plus loin. Il nous paraît ainsi essentiel que tous les niveaux de la société puissent se mobiliser pour réfléchir collectivement aux meilleures façons d'agir et de s'adapter face aux événements naturels hors normes qui se multiplient sur nos territoires. Les services de l'Etat, les collectivités locales, les scientifiques, les entreprises doivent impérativement travailler en partenariat sur ces questions. L'éducation à l'environnement dès le plus jeune âge, et des changements structurels dans l'organisation et le fonctionnement de notre société font partie des priorités à mettre en œuvre. »

9

À lire aussi