Inondations : les assureurs mobilisés

07/06/2016

Les assureurs sont mobilisés pour assister au mieux leurs assurés victimes des inondations, conformément à leurs pratiques constantes dans les événements majeurs, et notamment comme cela a été le cas en octobre dernier dans les Alpes Maritimes.

L'Association française de l'assurance estime que ces événements qui ont fait l'objet de 77 000  déclarations à ce jour, pourraient atteindre le nombre de 150 000 sinistres. Le montant final des dommages assurés est évalué à ce stade entre 900 millions et 1,4 milliard d'euros, l'incertitude demeurant sur les conditions et la durée de la décrue en cours. Ces estimations concordent avec celles réalisées par la Caisse Centrale de Réassurance (CCR).

Présents dans les zones sinistrées dès le début des événements, en liaison étroite avec les élus et les services publics dont ils saluent le dévouement et l'efficacité, les assureurs ont décidé, sous l'égide de l'Association française de l'assurance, de mesures d’accélération des délais d'indemnisation et de simplification des démarches :

  1. Des professionnels de l’assurance ont été désignés dans chacun des départements touchés pour se tenir à la disposition des préfets et des cellules locales de crise.
     
  2. Les assureurs accepteront les déclarations de sinistres jusqu’au 30 juin 2016, au-delà du délai réglementaire de 10 jours à partir de la déclaration de l’état de catastrophe naturelle.
     
  3. Les déclarations de sinistres pourront être faites par tous moyens : téléphone, Internet, lettre simple, ...
     
  4. Les assureurs feront preuve de compréhension quant aux moyens d’attester des dommages. La facture est la règle contractuelle mais compte tenu des circonstances tout autre justificatif (photos et témoignages notamment) pourra être présenté.
     
  5. Les assurés bénéficieront d'avances sur indemnisation selon les besoins, avec une attention toute particulière portée aux personnes en grande difficulté. Ces avances concerneront en particulier les assurés dont la résidence principale est devenue inhabitable plus de 24 heures. En outre, les assurés qui ont subi des dégâts inférieurs à 3 000 euros seront indemnisés dans les deux mois qui suivent la réception par l'assureur de l'évaluation complète des dommages.
     
  6. La profession, comme elle l’a fait lors des catastrophes naturelles précédentes, mobilise les réseaux d'experts afin de faire face à cette situation exceptionnelle.
     

Pour Bernard Spitz et Pascal Demurger, Président et Vice-président de l’AFA : «Face à cet événement d’une ampleur inédite, dans sa durée comme dans le nombre de communes touchées, les assureurs se mobilisent une nouvelle fois sur le terrain et déploient des mesures exceptionnelles afin d’accélérer l’indemnisation des assurés et faciliter le retour à la vie normale.»

9

À lire aussi