Etude : Changement climatique et assurance à l'horizon 2040

Etude : Changement climatique et assurance à l'horizon 2040

03/12/2015

L'étude "Changement climatique et assurance à l'horizon 2040", publiée en décembre 2015, s'est fondée sur une projection des données socio-économiques (enjeux exposés aux aléas naturels) et sur une projection climatique. Elle apporte un éclairage sur le coût croissant que représenteront les aléas naturels en France au cours des 25 prochaines années.

Les coûts cumulés des dégâts liés à la sécheresse, aux inondations, aux submersions marines et aux effets du vent, sur cette période, augmenteraient de 90% en euros constants par rapport à ceux des 25 années précédentes (1988 - 2013).

Les dégâts cumulés causés par les aléas naturels dans les 25 prochaines années sont estimés à 92 milliards d’euros.
Cela représenterait une augmentation de 44 milliards d’euros par rapport aux coûts occasionnés sur la période équivalente passée, soit une hausse de 90 %.
 
Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation :

  • L’enrichissement global de notre pays (densité et valeur moyenne des logements, des entreprises et des infrastructures) pèse pour 43 % dans cette augmentation et en est le premier facteur explicatif.
     
  • Le deuxième facteur est directement lié au changement climatique et pèse pour 30 % dans l’augmentation projetée. Ce changement climatique représenterait un coût de 13 milliards € d’ici 2040. Il se manifesterait majoritairement sur le péril « sécheresse » pour un montant de dégâts supplémentaires estimés à 8 milliards €. La submersion marine constitue le second péril répertorié sur lequel le changement climatique risque d’engendrer des surcoûts d’indemnisation importants à moyen terme. Les projections obtenues estiment à 4 milliards € les dégâts occasionnés par ce péril dans les 25 prochaines années contre 1 milliard € sur la même période passée (essentiellement Xynthia). Ce péril présente la plus forte dynamique de croissance et prendra toutes choses égales par ailleurs une ampleur très conséquente au-delà des 25 années étudiées.
     
  • Un aménagement du territoire défavorable est le troisième facteur explicatif de l’augmentation future projetée. Il pèse pour 18% de l'augmentation projetée. Il aurait un coût de 8 milliards € d’ici 2040 pour les assureurs, dont 60 % concernent le péril inondation.

Il n’y a pas de consensus scientifique aujourd’hui concernant l’impact du changement climatique sur le vent. L’étude a donc neutralisé cet impact, bien qu’il puisse également représenter un surcoût dans les prochaines décennies sans possibilité de l’évaluer.
Cette étude montre également que la hiérarchie des périls va sensiblement évoluer. Ainsi les phénomènes de retrait-gonflement des sous-sols liés à la sécheresse et les phénomènes de submersion marine sur nos côtes apparaissent comme les périls présentant les plus fortes évolutions prévisibles de fréquence et d’intensité.

Enjeux climatiques

À lire aussi

 Strategic review document : Toward better prevention of and protection against natural hazards

In November 2015, the French Insurance Federation (Fédération Française de l’Assurance - FFA) published a study titled Climate Change and Insurance to 2040 (Changement climatique et assurance à l’horizon 2040)1. It projects the rising cost of natural hazards in France over the next 25 years.

Climate risks : Impact on natural hazards insurance between now and 2040

The increasing frequency and intensity of natural hazards is often cited as an early indicator of climate change. Insurers, using past figures for insurance payments for damage caused by natural hazards having occurred in metropolitan France, have attempted, with the study Climate Change and Insurance (Changement climatique et assurance), to reply to the following question: Is it possible to put a figure on the impact of climate change on insurance between now and 2040 ?

A l'occasion de la COP21, l'Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE) et les partenaires fondateurs de Solutions COP21 ont publié un dossier thématique « Mieux assurer et mieux financer pour répondre aux enjeux climatiques ».

Retour à la liste